LE CHAMAN BRETON

An experience involving drums, totem-animals and golden trees. All of it in Merlin’s forest.

t’s very early for the tiny city of Paimpont, in the West of France. All the shops look closed. Except this Café. Inside, here’s a man wrapped in an electric-blue K-way sipping an espresso at the counter while staring at his phone. It’s 8am. 10 more people should be there.

Bernard Cambou is a magnetizer. Thanks to his supposed natural gift, he’s said to be able to heal people’s bodies and spirits. He started to use it thirty years ago when he left his job at the French Department of Justice to open his very own cabinet of magnetizer. There, he does traditional magnetizing sessions. Aside from his cabinet work, he organizes immersive therapeutic sessions in the legendary Forest of Brocéliande — known for hosting Merlin’s grave — to “heal the wounds” of the participants. Ten hours of group meditation at a cost of 100€ per day. 17 people have signed up for today’s session. Mostly women. Mostly in their fifties. But also some young men. All in all, the whole group is pretty conventional.

 
chaman
chaman 2.png
 

It’s the start of the winter and this session’s goal will be to “look back on the year”. On the parking lot that leads us to the first step, the magnetizer gathers everyone in circle. “We undergo pulsions because we haven’t found inner peace, because there is this something that’s agitating us”, says Bernard. He’s using a solemn tone to speak to his disciples while they’re covering themselves to repeal the thin rain. “During the whole day, we will be looking for that sense of verticality, we will be trying to dive in one’s inner silence, in one’s peaceful mind.”

Few meters away, there is the supposedly sacred Saint-Jean’s Chapel. It’s calling for the group. But to reach the holy place, everyone has to hold two metal sticks in their hands, “you stop walking when they’re closing, and wait that they re-open to progress toward the chapel”. “It is important that everyone takes his time. You’ll touch the walls of the chapels, and you will ask for the permission to find peace in this day” he says. “This is the energetic gateway to the forest” says Bernard.

Sans se faire prier, la petite troupe se dirige en file indienne vers le mur en pierres, baguettes en main. Un jeune homme en K-way gris montre sa gorge à Bernard. Il a du mal à respirer. “C'est le point de l'union ici. C'est l'union de tous les courants énergétiques européens. C'est l'union, c'est le point central de toute l'Europe. C'est ici. À cet endroit là”, lui murmure Bernard, cigarette en bouche.

 
 
magnetiseur
 
 

En France, le magnétisme n'est pas reconnu par l'Académie de médecine et aucun diplôme ne valide la profession. Pourtant, il existerait près de 8 000 magnétiseurs en exercice dans le pays. En Bretagne, la croyance dans les guérisseurs, héritée de la mémoire collective, est restée particulièrement tenace. Dans le groupe d’aujourd’hui, tous ont déjà médité dans la forêt de Brocéliande, connue pour ses légendes et ses mythes.

Bernard admet volontiers que beaucoup de gens restent “sceptiques” face à la pratique. “La place de thérapeute on se l'autorise que de soi-même. Y a personne qui va vous adouber en vous disant : ‘t'es thérapeute, t'es psychanalyste’", explique t-il en marche vers le second lieu de la journée. Derrière lui, les capuches colorées continuent de marcher, silencieuses. “Faut le vivre, c'est qu'une question d'expérimentation.”

Couchés par terre dans des duvets au milieu de la forêt, les stagiaires ont les yeux fermés depuis une dizaine de minutes. Au milieu du cercle, Bernard frappe en rythme sur un tambour en tournant autour d’un bâton sur lequel sont accrochées des perles et une plume rouge.

 
 
 
 

La voix de Bernard guide la méditation : “Écoutez le vent. Boum boum. Vous allez partir en voyage. Boum boum. Partir en quête de cet animal totem. Boum boum. De celui qui va correspondre le mieux à votre essence. Boum boum. Celui qui vous permettra de faire l'intermédiaire entre vous, et la nature.” Boum boum.

Une trentaine de minutes plus tard, les sacs de couchage commencent doucement à remuer. “En fait pendant ce genre de chose, et ça dure qu'une demi-heure, on dort pas hein. Ce qu'on prend pour du sommeil c'est vraiment le voyage astral”, explique le magnétiseur. Une femme se lève en pleurs en se plaignant d’un mal de dos. “On peut partir en voyage astral voir plein de choses et comme dans un rêve, n'en avoir aucun souvenir. Aucun. Mais ça n'a aucune importance. C'est ce qui va s'intégrer dans l'énergie.”

À la tombée de la nuit, une dizaine de disciplines sont encore présents aux côtés de Bernard. Ils se réunissent autour de l'hotié de la fée Viviane, au sud de la forêt, pour faire le point sur la séance “animal totem” de l’après-midi. Dans la quasi obscurité, certains expliquent avoir vu des ratons-laveurs, des lions, des chevaux. D’autres, pas grand chose. À chaque témoignage, Bernard y va de sa petite explication. “Le cheval, c’est fougueux, courageux, ça te correspond vraiment.”

 
DSC05261.jpg
DSC05188.jpg
 

Il est un peu plus de 19 heures et le petit groupe est désormais complètement plongé dans le noir. Quelques bougies placées à l'intérieur de l'hotié éclairent la scène. Bernard tient à clôturer la journée par une petite séance de musique. Chacun sort un instrument de son sac. Triangles, tambours et hochets s’entremêlent plus ou moins en rythme. Gling gling gling, boum boum, toum toum.“Ouaiissssss. Pas maaalllll. Vous avez senti par moment comment ça décollait ?” s'enthousiasme Bernard à la fin du concert improvisé. “On peut partir en transe comme ça !” s’exalte un des stagiaires. “Bah ouais ! Puis c'est un lieu fait pour”, renchérit Bernard avant de clôturer une bonne fois pour toute la journée. “Tout ça mérite un petit hug”.

Article publié le 1/01/2018

 

Plus d'histoires

CROQUE-MORT
POUR ANIMAUX

J'ai enterré Poupoune

CHASSEURS DE FANTÔMES

Bouh.

INTO THE
BLANC

L'explorateur français à la conquête du Pole Sud.